ICAR est né d’un projet initié au sein du Mouvement du Nid liégeois en 1991. A l’origine, le projet avait pour vocation de rencontrer les jeunes prostitués masculins de la Place de la République Française au centre de la ville de Liège.  Au fil des années, le travail de terrain s’est étendu à la prise en charge de jeunes femmes exerçant une activité prostitutionnelle de rue (racolage) dans le quartier de « Cathédrale nord ». En 1999, le projet ICAR prend son envol et devient une asbl indépendante : ICAR Wallonie.

Durant les années 2000, l’action de l’asbl s’élargit d’abord aux femmes qui travaillent dans les vitrines proches de la rue Cathédrale (rue de Champion et rue de l’Agneau), de la gare des Guillemins (rue Varin) et ensuite, en 2010, à celles qui exercent à Seraing (rue Philippe de Marnix). Face à l’essor de la prostitution via internet, Icar a également développé un travail de cyber-prévention sur la toile et de permanences en ligne.

Le public cible de l’association est constitué, principalement, de femmes, d’hommes et de personnes transgenres mineures ou adultes exerçant leur activité en rue, en vitrine, dans certains cafés ou dans des lieux privés. ICAR offre également son aide aux enfants et proches de son public-cible. Au fil du temps, différents partenariats et collaborations avec de nombreux services sociaux publics et associations privées ont été initiés menant à la mise en place et au soutien de divers projets envers le public cible.

Les finalités générales de l’association sont de (re)créer du lien social, de soutenir les personnes dans leur recherche d’une meilleure qualité de vie et de travail, mais aussi d’exercer une action de promotion de la santé. Icar veille également à enrichir l’expertise en matière de prostitution et œuvre en vue de la dé-stigmatiser auprès du monde politique, associatif, policier ou plus généralement auprès des citoyens.

Par sa présence sur le terrain, le travail quotidien de l’équipe et aux nombreuses collaborations, l’action de l’association s’est étendue et l’équipe s’est étoffée. Elle se compose actuellement d’une petite dizaine d’intervenants de première ligne. Ce développement a permis à Icar Wallonie de devenir un intervenant reconnu et respecté dans son domaine d’activité.

L’engagement d’Icar repose sur son intervention auprès des personnes confrontées à la réalité prostitutionnelle. Si depuis quelques années cette réalité a été mise en balance avec des questions comme celle de la liberté des femmes et des hommes qui s’y adonnent, l’asbl Icar Wallonie se veut porteuse d’une vision humaniste du phénomène prostitutionnel. Dans cette perspective, Icar respecte la liberté accordée à chacun et défend la vision d’une société plus juste, plus humaine, visant à réduire l’exclusion en ce compris de ceux et celles qui ont choisi la prostitution.